Articles taggués ‘Tout-carton’

  • C’est un petit livre, Lane Smith

    Date: 2012.05.03 | Catégories: Album, La maman aime, Pour rigoler | Commentaires: 2

    Impossible de ne pas craquer devant ce magnifique tout-carton!

     

    Lorsque son grand frère C’est un livre, est paru l’année dernière, plusieurs blogues nous en avaient parlé. C’est vrai que c’est un album unique et original, qui fait rigoler les grands enfants et leurs parents. Car il fallait tout de même connaître un peu les technologies pour apprécier l’humour de ce livre, qui passe par une série de références sur les fonctionnalités de ces dernières. Ainsi, l’âne demandait au gorille si l’objet qu’il consultait (un livre) pouvait texter, envoyer des courriels, faire du bruit, etc. 

     

    Ici, nul besoin d’être adepte des téléphones intelligents, tablettes électroniques, ordinateurs ou autres bidules pour apprécier l’humour de Lane Smith. C’est au monde de la petite enfance, et aux jouets qui le peuplent, que fait référence le petit âne. Ainsi, il demande au gorille si l’objet qu’il consulte (toujours un livre) peut voler, être mâchouillé, servir de chapeau, si on peut grimper dessus, s’en servir comme oreiller… Les tout-petits saisiront immédiatement les références. Et la fin est d’autant plus délicieuse que lorsque le petit gorille lui répond que c’est un livre et que ça se lit, il entreprend d’en faire la lecture avec petit âne. Trop adorable!

     

    Sincèrement, retrouver ces deux personnages attachants en couches-culottes, c’est presque trop mignon!

  • Les livres que j’offrirai à Noël

    Date: 2011.12.21 | Catégories: Album, Développer son imaginaire, La maman aime, Pour rigoler | Commentaires: 0

    Comme plusieurs d’entre vous, j’en suis certaine, j’offre toujours des livres en cadeau à mes enfants à Noël et à leurs fêtes. C’est autant un cadeau pour eux que pour moi, ces titres que je choisis soigneusement, car ils resteront dans notre bibliothèque et je sais que je devrai les lire à répétition. Vous me promettez de ne pas leur révéler leur cadeau? Alors d’accord, voici ce que j’offrirai à mon petit clan pour Noël (hormis l’épée de Star Wars, la décapotable de Barbie et la poupée Bout de choux – la vraie avec des cheveux en laines, on se demande si c’est pour la mère ou pour la fille!):

    Pour mon grand Arthur, 5 ans: Dessine, Bill Thomson
    Ce tout nouvel album sans texte, paru cet automne à L’école des loisirs, est une pure merveille. D’abord, pour la qualité du dessin hyperréaliste (qui rappelle un peu Stéphane Poulin), ensuite pour le message: tout est possible avec un peu d’imagination! Finalement, pour le bonheur de se faire prendre par l’histoire. Même les adultes ne remarquent pas ce petit détail qui fait tout basculer. Je ne vous en dis pas plus, ça gâcherait votre plaisir.

    Voici l’histoire: des enfants débarquent au parc un jour de pluie. Ils y trouvent un sac de craies et se mettent à crayonner par terre. Or, magie, ce qu’ils dessinent prend vie. Maintenant, regardez la page couverture, vous vous doutez de ce que le petit coquin du groupe va gribouiller… Comment les enfants vont-ils s’en sortir? Un délicieux album qu’on déguste page par page, en s’attardant au dessin… et aux détails! Et pour une fois, on peut les laisser nous raconter l’histoire sans qu’ils demandent systématiquement “Lis les mots maman”.

    Pour ma princesse Simone, 3 ans: Blanche-Neige, Andrée Poulin, illustrée par Gabrielle Grimard (Éditions Imagine)
    J’adore cette collection des Éditions Imagine. Avouez qu’ils sont rares les albums qui s’adressent aux jeunes enfants en reprenant les contes classiques et en se donnant la peine de les doter d’illustrations de qualités. De plus, ici, les textes originaux sont respectés. Exit les versions sirupeuses à la Walt Disney. Et ces histoires qu’on aime sont racontées par des auteurs pour la jeunesse québécois dont on côtoie les ouvrages depuis longtemps. Que demander de plus! Je les recommande tous, mais j’ai un faible pour les illustrations tout en contrastes dans les teintes de rouge, noire et blanc de cette Blanche-Neige. Parfait pour une petite princesse en devenir.

    Pour ma monstresse Marguerite, 16 mois, passée maître dans l’art du “bacon” couchée par terre: Je suis terrible, d’Élise Gravel
    Un premier tout carton pour cette auteure, qui fait l’unanimité chez nous. Je vous ai déjà dit que Simone était propre le jour de ses deux ans, car à chaque fois qu’elle allait sur le pot, je lui lisais Bienvenue à la monstrerie? Elle a un faible (tout comme moi d’ailleurs) pour les Crapouilles. Toutes les occasions offertes par sa vessie étaient donc bonnes pour se faire lire ce livre, et je peux compter sur les doigts d’une seule main les fois où elle s’est échappée. Beaucoup plus efficace que les smarties!
    Ici, le pauvre petit monstre essaie d’effrayer l’enfant, mais n’y parvient pas, il est beaucoup trop mignon! Seul le chien a peur, piètre performance pour cet aspirant monstre. Mais un câlin ne vaut-il pas mieux qu’une frousse? Adorable!

     

    Et vous, qu’offrirez-vous à vos petits lecteurs en devenir? Et un Joyeux Noël à tous. Je serai de retour après le temps des fêtes.

  • Ton histoire, Jeanne Ashbé

    Date: 2011.05.23 | Catégories: Album, La maman aime, Nouveautés littéraires, Vie de tous les jours | Commentaires: 0

    Je l’ai dit plusieurs fois sur ce blogue, pour moi la référence dans les livres de la très petite enfance, c’est Jeanne Ashbé. J’avais offert à des amis son dernier livre et attendais qu’il soit disponible à ma bibliothèque de quartier pour l’emprunter. C’est fait, et avec quel bonheur!

    Ton histoire, Jeanne Ashbé

    C’est l’histoire toute simple de l’arrivée sur terre d’un petit être. On suit son développement de sa conception à quelques mois d’existence (en regard de la dernière illustration). J’aime le trait enfantin de l’auteur, qui en dit tant avec si peu. La première double page présente un cordon ombilical qui s’enroule jusqu’à l’embryon. Dans les pages suivantes, nous suivons ce cordon qui nous indique le sens du récit vers l’enfant qui grandit. L’auteure/illustratrice en profite pour donner à celui-ci des airs de lapin souriant. Une fois l’enfant né, nous retrouvons ce lapin coquin en tant que spectateur de la vie de l’enfant, comme nous le sommes nous-mêmes. Puis il s’embarque dans une voiture, dont le son varie selon l’origine de l’enfant sur la page. Car l’auteure enrichit encore plus son livre en présentant des bébés de partout : caucasien, noir, bridé… et le petit lapin continue de nous guider.

    Nous rencontrons alors maman et papa, qui nourrissent et bercent l’enfant chacun à leur manière. S’amorce alors un jeu intéressant où les illustrations monochromes en brun et beige s’amusent à faire émerger des formes par la négation de couleurs. Ainsi, d’une pleine page marron émerge à la fois le chemin en spirale sur lequel se promène le lapin en voiture et un visage rieur qui lui souhaite « bienvenue au monde ». Puis, la spirale le fait gentiment basculer vers la page suivante où le petit mammifère disparaît alors que l’enfant se fait appeler : « mon lapin! » et qu’on lui dessine joyeusement des oreilles. Ainsi, cette histoire simple en apparence peut être analysée de plusieurs façons et permet plusieurs pistes de lecture et d’entrée dans l’œuvre. Le petit lapin qu’on suit depuis le début est-il un spectateur externe ou l’enfant lui-même qui nous regarde le regarder?

    Un livre riche en sens qui n’a pas terminé de me livrer ses secrets… Finalement, je pense que je vais aller me l’acheter. D’autant plus que ma toute petite (bientôt 9 mois) se l’ai dangereusement approprié et qu’il serait risqué pour mes oreilles que je le lui enlève!

Archives

Articles récents

Catégories

Mots-clés

Blogoliste

Sites sur la littérature jeunesse