Articles taggués ‘humour’

  • Livres à découvrir, pour le plaisir des nouveaux petits lecteurs. Deuxième série: Julien Potvin, Danielle Simard

    Date: 2011.05.25 | Catégories: Humour, La bibliothécaire aime, Roman enfant | Commentaires: 1

    Poursuivons donc l’exploration des premiers romans pour jeunes lecteurs (que j’avais commencée ici avec la série Somerset, d’Hélène Vachon) par la découverte de cet attachant petit bonhomme qu’est Julien Potvin et de ses mésaventures.

    Le champion du lundi, Danielle Simard

    Contrairement à Somerset, qui vit dans son imaginaire, Julien Potvin est un petit garçon comme tous les autres à qui il arrive des aventures que pourrait très bien vivre n’importe quel petit garçon de deuxième année. La particularité de cette série, c’est que chaque tome se passe un jour de la semaine. Dans celui-ci, c’est la rentrée scolaire de Julien qui passe en deuxième année. Il découvre le sourire rempli de dents de son enseignante Odile (dit crocodile) et s’ennuie soudainement de ne plus être un petit poussin de Diane, sa prof de première.

    Dès le départ, elle avertit ses élèves qu’il n’est PAS QUESTION de jouer au bébé dans sa classe : PAS QUESTION de parler sans lever la main, PAS QUESTION de pleurer pour rien, PAS QUESTION d’aller aux toilettes pendant la classe, etc. En plus, elle instaure un concours où chaque semaine elle nommera le champion du lundi. Pour gagner le privilège de porter l’étoile jaune, il faut que l’élève fasse tout ce qu’il doit faire : devoir, leçon, ne dérange pas la classe, ne soit pas dans la lune… La mère de Julien s’improvise entraîneuse et lui impose une discipline à toute épreuve… qui porte fruit. Il sera le premier champion de l’année.

    Malheureusement, Julien est bien seul sur son piédestal : son meilleur ami l’évite et sa maman s’occupe moins de lui depuis que l’entraînement est fini. En plus, Julien perd l’étoile que lui a confié Odile crocodile! Il doit absolument la trouver sinon il aura l’air d’un bébé… Il fera tout pour ça. Puis il essaiera d’éviter de se présenter à l’école lundi en se rendant malade, allant même jusqu’à avaler du foin. Puis il cherchera une excuse valable. Finalement, c’est en avouant la vérité qu’il découvrira que les crocodiles peuvent avoir un merveilleux sourire et devenir les complices de leurs élèves.

    Cette série de premiers romans permet aux enfants de s’identifier totalement aux mésaventures de Julien car l’auteur traite des petits tourments quotidiens des élèves : ils veulent tous plaire, être le chouchou sans perdre leurs amis, avoir l’attention de maman et de l’enseignante, prouver qu’ils ne sont plus des bébés, etc. Une série réaliste empreinte d’humour, ce n’est pas pour rien qu’elle se nomme Les mésaventures de Julien Potvin. Et en prime, après avoir terminé les 7 jours de la semaine, l’auteur vient d’en débuter une nouvelle!

     

    Autres titres de la série :

    Le démon du mardi

    Le monstre du mercredi

    Les petites folies du jeudi

    Le macaroni du vendredi

    Le mauvais coup du samedi

    Pas de chance, c’est dimanche!


    Nouvelle série :

    Lundi, jour de peur


    Une série de plus à ajouter dans le sac à dos de vos élèves, de vos enfants ou sur le présentoir de la bibliothèque pour des lectures d’été amusantes.

  • Livres à découvrir, pour le plaisir des nouveaux petits lecteurs. Première série: Somerset, Hélène Vachon.

    Date: 2011.05.18 | Catégories: Humour, La bibliothécaire aime, Roman enfant | Commentaires: 1

    L’année scolaire tire à sa fin et les nouveaux lecteurs, qui ont travaillé si fort cette année pour apprendre à lire, vont bientôt passer leurs journées dans des camps de jour à jouer au soccer (chanceux!). Avant qu’il ne vide leur pupitre pour les grandes vacances, pourquoi ne pas leur offrir une petite liste de livres à découvrir, pour le plaisir et la rigolade, les jours où le soleil ne sera pas au rendez-vous? Dans les semaines à venir, je vais donc tenter de vous présenter mes premiers romans préférés…

    La série Somerset d’Hélène Vachon

    Je vous présente cet attachant personnage en premier car c’est mon préféré. Cette série date un peu, mais l’humour d’Hélène Vachon ne se démode pas (pas que son humour d’ailleurs, je vous parlerai sans doute un jour d’un de mes dix livres préférés: L’arbre tombé, qui est magistral). Somerset est un jeune garçon dégourdis, qui se pose mille et une question et se met constamment les pieds dans les plats. Personnellement, je l’imagine aussi assez volubile compte tenu du nombre de réflexion qu’il fait à la minute. Et que dire de son imagination débordante?

    Le cinéma de Somerset

    Je ne vous raconterai qu’un des titres de la série car il donne assez justement le ton. Donc, dans Le cinéma de Somerset, nous suivons le jeune homme qui se pose la terrifiante question: comment vais-je saluer le nouveau directeur de l’école? L’usage veut que trois mots permettent de saluer quelqu’un. Il y a bonjour, mais Somerset trouve que c’est juste les vieux qui se saluent en disant bonjour. Il ne reste donc que salut et allô. Entre les deux, son cœur et sa tête balance. Il se promène dans les couloirs en se répétant les mots, salut/allô, allô/salut. Et lorsque le directeur lui lance un bonjour, les mots se bousculent dans sa tête, il mélange les deux termes entre lesquels il hésite et lance au directeur un grand Salaud. Drôle de façon de saluer la personne dans le bureau de laquelle on ne veut justement pas finir! Pour savoir comment ça se termine pour le pauvre Somerset, il vous faudra emprunter le livre.

    Cette série, en plus d’être assez délirante et loufoque grâce à un personnage presque caricatural tellement il est drôle, a l’avantage d’être illustrée en couleur, ce qui plaira certainement aux petits lecteurs.

    Autres titres de la série Somerset:

    Mon ami Godefroy

    Mon plus proche voisin

    Le Sixième arrêt

    Le Délire de Somerset

    Le Cinéma de Somerset

    L’adage le dit: qui aime lire ne s’ennuie jamais… et avec cette série c’est certain que vos enfants/élèves auront presque hâte aux jours de pluie afin de rester à l’intérieur pour se plonger dans une aventure livresque! Rendez-vous mercredi prochain pour une autre série à ajouter à la liste.

  • Les super-machins d’Élise Gravel

    Date: 2011.04.15 | Catégories: À animer, Album, La bibliothécaire aime, Pour rigoler | Commentaires: 1

    Je vous avais annoncé quelque chose de plus léger: et bien laissez-moi vous présenter la série des anti-superhéros d’Élise Gravel. Je vous assure un succès total auprès des groupes de garderie ainsi qu’avec ceux du premier et du deuxième cycle du primaire. Je vous jure que chaque fois que j’ai animé ces livres devant une classe, c’était la débandade et l’euphorie!

    Super-Momo dans piège de fromage

    Le premier de la série, celui qui donne le ton. Ces petits albums débutent toujours par la présentation loufoque du pseudo-héros dans toute sa « splendeur ». Ici, notre super n’a nul besoin de savoir voler car il possède un super pouvoir extraordinaire. Devine lequel? Il est capable de changer l’eau en fromage. À première vue, ça semble être un pouvoir inutile et ridicule, mais quand un enfant se noie rien n’est plus pratique que de pouvoir transformer le lac en immense fromage, qu’il faudra bien déguster par la suite pour en sortir le malheureux.

    Le ton est ainsi donné et chaque album est plus délirant que le précédent. On se croirait parfois dans une pub pour superhéros quétaine, ce qui ne manque pas de plaire au lecteur adulte qui y trouve son compte.  Les super-pouvoir de ces anti-superhéros sont plus poches les uns que les autres, ce qui fait crouler de rire les enfants. De plus, l’illustration de type images de synthèse très schématisées et colorées plaît assurément.

    Super-Dudu dans full total brocoli

    Deuxième titre de la série, et mon préféré. Super-Dudu a le pouvoir essentiel de faire exploser les brocolis à distance. C’est dans ce tome qu’on rencontre l’infâme super-méchant qui, ici, torture les enfants en tentant de les obliger à manger leur brocoli. Heureusement que Super-Dudu passait par là. Il réussira à déjouer les plans de son ennemi de toujours grâce à son super-pouvoir.

    Super-Dudu, un grand héros!

     

    Super-Titi dans les céréales se mangent froides

    Nous retrouvons ici super-méchant qui vient sévir dans un supermarché. Heureusement, Super-Titi entend ce qui se passe à la télévision et accourt sur les lieux. Lui seul peut déjouer les plans de l’infâme car son super-pouvoir extraordinaire lui permet de voir à travers les boîtes de céréales derrière lesquelles se cachent l’ennemi en quête de brocoli.

     

    De délire en délire, chaque anti-héros vit une aventure qui n’est en fait qu’une parodie de celles vécues par les superhéros chers aux enfants (Batman, Superman, X-Men, etc). Dans les épisodes suivant, Super-Lulu, l’homme au nombril bionique, se servira de son rayon lumineux (son nombril) pour capturer le fameux super-méchant. On rencontre aussi Super-Tsointsoin,  héros qui a le pouvoir de comprendre le langage des mouches à l’aide de son super dékrypto-krottonisateur. Et finalement, Super-Popol dans Vent de panique, où le super-machin se servira de son super-pouvoir très odorant pour déjouer l’infâme super-méchant qui a réussit à hypnotiser tout le monde et tente de se faire élire président (tiens tiens, devrait-on envoyer un Super-Popol dans un rassemblement des Conservateurs?).

    Batman et Superman peuvent aller se rhabiller car ils paraissent bien fade à côté des supers-machins d’Élise Gravel.

Archives

Articles récents

Catégories

Mots-clés

Blogoliste

Sites sur la littérature jeunesse