Archives pour la catégorie ‘Avant le dodo’

  • L’autobus, Marianne Dubuc

    Date: 2014.10.19 | Catégories: À animer, Album, Avant le dodo, Développer son imaginaire, La bibliothécaire aime, La maman aime | Commentaires: 0

    L'autobus Ce livre a été un coup de cœur au premier regard! Les illustrations de Marianne Dubuc sont aussi magnifiques que dans ses chefs-d’œuvre précédents (je suis particulièrement fan de Devant ma maison et de Le lion et l’oiseau) et je dois avouer que la ligne 18, c’est aussi la mienne (elle passe sur la rue Beaubien à Montréal). Parlant d’autobus, avec un thème comme celui-là, il est clair que ça plaît à tous les enfants! J’ai un échantillon de chaque âge, par bond de 2 (les profs voient ici que je fais réviser ses leçons à mon fils ;0) ) , entre 2 et 8 ans, et c’est unanime. On le lit et le relit en famille plusieurs fois par semaine! Un soir c’est mon Aubert (2 ans) qui me court après « livre tobus mamie maman » (il a pris ce bus avec mamie récemment), l’autre c’est Simone (5 1/2 ans) « Maman, est-ce qu’on peut lire le livre du Petit chaperon rouge qui prend l’autobus? » ou alors c’est Arthur (presque 8 ans) « Maman, viens voir, j’ai encore trouvé des nouvelles affaires  (lire ici des nouveaux détails) dans le livre sur la 18″. Et combien de fois j’ai retrouvé le livre dans le lit de Marguerite (4 ans), car elle s’endort en lisant. Bref, un livre qui plaît à toute ma famille.

    C’est le récit linéaire d’une jeune fille que sa mère accompagne au bus, l’y laissant monter en direction de chez sa grand-mère avec un panier contenant des galettes et une veste rouge. Au fil des arrêts, toute une galerie de personnages monte et descend. On y voit la vie à l’intérieur et y devine le caractère ou l’humeur de chaque passager. La richesse se trouve dans la multitude de détails qu’on s’amuse à découvrir et qui sont modifiés d’une page à l’autre. Ici, on voit à travers la fenêtre le détail du chapeau du personnage qui montera dans le bus à la prochaine page. Là, on suit trois petits chenapans qui font de nouvelles folies à chaque arrêt. Je ne vous en dis pas trop, le plaisir de lecture est dans la découverte de ces petits récits qui se construisent en parallèle de la trame principale. Vraiment, un essentiel à posséder, car vos enfants voudront y revenir souvent –  et comme la trame est simple, ils liront rapidement d’eux-mêmes l’histoire en regardant les images!

  • Quand nos chers petits monstres font des cauchemars…

    Date: 2013.04.23 | Catégories: Album, Avant le dodo, La maman aime, Vie de tous les jours | Commentaires: 0

    Étrangement, chez moi, c’est la grande de 4 1/2 ans qui fait des cauchemars et a peur d’aller dormir. Pour l’instant, le roi Arthur (6 1/2 ans), accepte que la princesse Sissi dorme avec lui, mais il viendra un temps où il refusera – et ce sera son droit! Comment faire pour démystifier sa peur des monstres et sa crainte du noir (outre les anges et autres gris-gris suspendus à son lit et censés la protéger)?

    Tentative no 1: présenter les monstres comme quelque chose de pas si terrible que ça finalement. Bienvenue à la monstrerie

    Certains livres nous présentent les monstres comme des bêtes de compagnie sympathiques et nous en proposent en adoption (Bienvenue à la monstrerie, Élise Gravel – mon monstre préféré reste la crapouille). D’autres les montrent plutôt vulnérables (Il y a un cauchemar dans mon placard, Mercer Mayer – c’est le cauchemar qui cherche réconfort dans le lit du petit garçon)  et avec les mêmes craintes que l’enfant (Papa, Corentin – le monstre a peur de l’enfant dans son lit alors que l’enfant, lui, a peur du monstre dans le sien). Parfois, ils sont carrément ridicules (Attends que je t’attrape, Tony Ross – à la fin, nous découvrons que le monstre est plus petit que la semelle de la chaussure de l’enfant) ou deviennent des alliers nocturnes (Drôle de cauchemar, Bruno St-Aubin – le monstre qui effrayait l’enfant lui sauve la vie et ils deviennent amis). Enfin, il y a ceux qui sont polis et amicaux (J’ai rendez-vous avec un monstre, Nick Bland – un monstre s’invite par erreur à jouer chez un enfant et tous deux sont anxieux, mais désirent plaire à l’autre). Finalement, il y a mon préféré, le monstre qui aime tellement lire, qu’il en oublie de faire peur aux enfants (Le gros monstre qui aimait trop lire,  Rogé). Il n’y a plus qu’à disposer des livres près du lit et dire à notre petit terrifié que si jamais un monstre vient, il préférera lire son histoire préférée plutôt que de l’effrayer!

     

    Tentative no 2: partir à la chasse aux monstres Du bruit sous le lit

    Ces quatre livres présentent des enfants glorieux qui viennent à bout de leurs monstres. Dans Du bruit sous le lit, de Mathis, un garçon argumente avec le monstre sous son lit pour lui prouver que son papa est bien plus abominable que lui – il est grand, il est fort et il a du poil! Lorsque le papa se pointe à la porte pour faire taire ce délire, le monstre a effectivement la trouille du paternel et se sauve en courant – Une histoire pour redorer l’égo de papa. Dans Il y a un alligator sous mon lit, de Mercer Mayer, les parents ne voient rien sous le lit de fiston, il doit donc résoudre seul son problème. Qu’à cela ne tienne, il l’attire dans le garage avec un chemin de nourriture et l’y enferme. Il offre ensuite gentiment son aide à papa s’il a de la difficulté à récupérer la voiture le lendemain – Moins bon pour l’égo de papa par contre. Alexis, chevalier des nuits, d’Andrée-Anne Gratton,  présente un petit garçon aux prises avec des cauchemars récurrents. Chaque nuit, Alexis refuse de dormir dans son lit. Tous les lieux de son sommeil (tapis, baignoire, garde-manger) se transforment en monstres. Une nuit, ça suffit! Il revêt son armure de chevalier et les fait reculer. Il gagne la guerre des monstres et retourne enfin dans son lit. Le grand livre de tous les méchants, de Michel Piquemal, se passe dans un château épouvantable où tous les monstres font la fête. Un gentil lutin en a assez du règne de la terreur et décide de régler leur compte à la bande de voyous. Il réussit à les faire prisonniers du livre que l’enfant-lecteur est en train de lire. Il est donc important de refermer soigneusement la boucle rouge du livre avant d’aller dormir, les monstres ne pourront ainsi plus jamais s’en échapper!

    Alexis, chevalier des nuitsEt même si vous avez la chance de ne pas vous faire réveiller par un petit monstre terrorisé au milieu de la nuit, vous pouvez quand même lui lire ces livres, qui plairont à coup sûr!

  • Albums à animer, en classe ou en garderie, à l’approche de la fête des Pères

    Date: 2011.06.13 | Catégories: À animer, Album, Avant le dodo, La bibliothécaire aime, La maman aime, Pour rigoler, Pour un câlin, Vie de tous les jours | Commentaires: 1

    Voilà, voilà, après la fête des mamans, c’est celle des papas qui approche à grands pas. Nos petits, en classes ou à la garderie, vont leur fabriquer des portes-crayons (nous ont a bien eu un collier de pâtes il y a quelques semaines!) ou un signet. Pourquoi ne pas amorcer ces ateliers de bricolage par un livre?

    Pour les petits, je suggère…

    Les bisous, Anne Gutman

    Un tout-carton (qui existe aussi en plastique comme livre de bain, je crois) tout mignon, qui remplira de tendresse papa et bébé. Ce petit livre présente sur chaque page un papa animal faisant un bisous à son bébé sur un partie du corps. Le texte se dévoile sous forme de question, incitant le jeune enfant à répondre en analysant l’image. Un exemple: à la première double-page  « Que fait papa lion? Un bisou sur la tête. » Et l’on y voit le papa faisant un bisou sur la tête du lionceau. Et à la dernière page: « Et mon papa à moi? Il me fait tous ces bisous-là! » Déclenchant immanquablement une séance de bisous partout partout! Personnellement, je ne peux attendre la fin pour bécoter mes amours, alors je reproduis le bisou donné à chaque page.

    Devine combien je t’aime, Sam McBratney

    Cette histoire, très connue, est un incontournable de la fête des Pères. Bien que la traduction ne soit pas des plus heureuses, l’histoire reste attachante. En changeant quelque peu les tournures de phrases, on y prend plaisir. C’est l’histoire de papa lièvre qui met son fils au lit. Avant de dormir, ils instaurent une espèce de concours pour savoir lequel aime le plus l’autre. Je t’aime grand comme ça (le petit ouvre les bras) et moi comme ça (le papa ouvre les bras) et c’est ainsi jusqu’à ce que petit lièvre tombe de sommeil en disant à son pape qu’il l’aime grand jusqu’au ciel… et que papa murmure à son oreille endormie que lui l’aime jusqu’au ciel, et retour! Charmant.

    Toc! Toc! Qui est là?, Sally Grindley

    Ce livre à animer se présente comme un jeu entre papa et filette au moment du rituel avant dodo. Une jeune demoiselle attend que son papa vienne lui raconter une histoire, mais c’est plutôt un monstre, une sorcière, un dragon, etc qui cognent à sa montre. Elle ne les laisse pas entrer, elle attend que ce soit papa qui cogne, ce qui arrivera à la fin. Par ailleurs, il est intéressant de noter avec les enfants que, tel qu’on le voit sur la page couverture, chaque personnage qui a tenté d’entrer dans la chambre était chaussé des pantoufles de papa. Était-ce vraiment des monstres ou était-ce papa qui faisait une blague? Amusant!

    Mon papa, Anthony Browne

    Ici, on présente la vision de fiston sur son papa. Il est le meilleur chanteur (représenté aux côtés de Pavarotti) et danseur. Il est fort comme un gorille. Il remporte la course des papas. Mais ce qui est encore mieux, c’est qu’il m’aime (et m’aimera toujours). Les illustrations de Browne sont toujours malicieuses. Le papa, affublé de sa robe de chambre à carreau, se promène dans les illustrations au hasard de l’imagination de fiston, donnant lieu à de drôles de scènes. Délicieux!

     

     

    Pour les plus vieux, je propose

    J’ai déjà réalisé ici un article sur mon album fétiche présentant une relation papa-enfant, il s’agit de Tous les soirs du monde, de Dominique Demers. Je vous le recommande vivement, pour sa magie et sa richesse. Voici également d’autres titres à exploiter pour l’occasion.

    Au cinéma avec papa, Dominique Jolin

    Ce livre franchement rigolo, autant pour l’adulte que pour l’enfant, met en scène une sortie au cinéma entre grande fille et son papa. Le point de vue de la narration est celui de l’enfant, mais en ce qui concerne les images, elles présentent plutôt les évènements tels qu’ils se sont réellement déroulés. Ainsi, l’enfant turbulent a adoré monter deux fois l’escalier mécanique, ce que le papa, épuisé, a un peu moins apprécié. Les oppositions texte-image donnent lieu à de franches rigolades.  Très drôle.

     

    Moi, mon papa, il est…Helga Bansch

    Ce livre présente le regard tendre d’un petit garçon sur son papa… parti il y a longtemps faire le tour du monde avec deux géants. Il imagine donc son papa qui jongle avec des oranges et des citrons, pour savoir à quoi il ressemble, il se regarde dans la mer. Il imagine qu’il reviendra un jour, lui rapportant un manège en pâte d’amande. Il sait qu’il l’aime et lui envoie autant de bisous qu’il y a d’étoiles dans le ciel. Un livre tendre et triste avec des illustrations sobres et efficaces dont la grande qualité doit être saluée.

     

    Pour les papas maintenant…

    Je termine par une petite suggestion de cadeaux pour les papas. Si vous avez envie d’un cadeau attendrissant, le magnifique album collectif Un papa est né constitue un bon choix. On y présente la paternité vue par 10 auteurs-illustrateurs à travers le monde. À chacun ont été posées 5 questions sur leurs souvenirs:

    - La première fois où ils ont imaginé devenir père;

    - le jour où ils ont appris leur paternité;

    - le jour de l’accouchement;

    - le premier pas de leur enfant;

    - le premier mot de leur enfant.

    Il est intéressant de comparer les différentes approches selon les cultures de ces papas artistes. Attendrissant.

     

    Finalement, si vous avez envie de procurer un moment de détente à papa en lui permettant de se bidonner, je ne saurai vous recommander quelque chose de mieux que la toujours criante de vérité série de bande dessinée Bébé blues. Hilarant.

     

    Bonne fête les papas!

Archives

Articles récents

Catégories

Mots-clés

Blogoliste

Sites sur la littérature jeunesse