• La clé à molette, Élise Gravel

    Date: 2013.06.28 | Catégories: À animer, Album, La bibliothécaire aime, La maman aime, Pour aller plus loin, Pour rigoler, Vie de tous les jours | Tags: ,

    C’est loin d’être un secret, j’ai un faible pour le travail d’Élise Gravel. J’ai déjà écrit un article sur ses Super-machins, parlé de sa monstrerie et de son adorable tout-carton, Je suis terrible.  Elle a un style graphique et littéraire bien à elle, une « drive » qui se démarque vraiment de ce qui se fait actuellement. En plus, elle plait à tout mon petit monde. Autant mes filles que mes garçons en raffolent. On aime ses personnages empruntant beaucoup à la bd, la bonne humeur qui se dégage de ses histoires. Simone, aujourd’hui 4 ans, était propre la journée de ses 2 ans, car je lui lisais Bienvenue à la monstrerie chaque fois qu’elle allait sur le pot et Marguerite (presque 3 ans) me demande tous les soirs, depuis 2 semaines, La clé à Molette. Quant à Arthur (presque 7 ans), il se morfond dans l’attente d’un nouveau titre de sa série Les petits dégoûtants. Bref, on est vendu.

    La clé à molette, Élise Gravelclé à molette

    Bob a besoin de sa clé à molette pour réparer son tricycle. L’ayant perdu, il se rend chez Mégamart pour en acheter une autre. Sur place, monsieur Mart réussit à lui vendre des trucs absolument encombrants et inutiles (un chapeau-frigo, un pyjama musical et une machine à crier). Après chaque achat, Bob rentre à la maison où ses amis lui font remarquer qu’il se rendait au magasin dans le but précis de simplement s’acheter une clé à molette. Après avoir dépensé tout son argent pour ces articles inutiles, Bob n’en a plus pour le fameux outil. Il cherche donc dans son placard, encombré par ses achats inutiles et y découvre heureusement… sa clé à molette.

    Une fable sur notre société de consommation où on reconnaît bien l’auteur de Nunuche magazine et Bienvenue chez Bigburp, mais qui s’adresse ici aux plus petits. Le ton reste joyeux, la répétition de la présentation du nouvel objet absurde – mais rigolo –  à ses amis provoque le rire des enfants, mais il n’en demeure pas moins que le message de fond passe sans aucune lourdeur moralisatrice. Et pour le faire passer encore plus, je m’amuse avec eux à identifier lesquels, parmi tous les objets présents sur les pages de garde, sont vraiment utiles et nécessaires. Je dois avouer que je n’ai pas encore passé à l’étape suivante, soit faire le ménage de mon placard d’objets-inutiles-risquant de me tomber sur la tête chaque fois que je l’ouvre, comme ça arrive à Bob, mais ça s’en vient…. ;0)