• Devant ma maison et autres tout-cartons

    Date: 2013.06.17 | Catégories: À animer, Album, Développer son imaginaire, La maman aime | Tags: ,,

    Mon petit dernier, alias Aubert, a déjà 1 an. Il a une démarche chancelante, mais avance, sûr de lui, les deux bras dans les airs. Avez-vous déjà remarqué que lors de leurs premières semaines, les bébés font des ronds lorsqu’ils déambulent sur un grand terrain? Ils refont la même chose 5 ans plus tard, lorsqu’on enlève les petites roues de leur vélo. Ça passe trop vite….

    MES TOUT-CARTONS!!!!!Jeu du cirque

    4 enfants en 5 1/2 ans, ça veut dire que ça fait un petit moment déjà que je lis et relis les mêmes livres. Sauf que là, je réalise que je n’aurai plus d’autres bébés à qui lire mes adorables tout-cartons. Plus que quelques mois à relire Le livre des bruits de Soledad Bravi, ma sélection de noir et blanc, mes Lou et Mouf. Et mes Asticodoigts d’Hervé Tullet!!! J’adore faire participer mes doigts lorsque je raconte des histoires, surtout lorsqu’ils se transforment en asticots pour la cause.

    Devant ma maison, Marianne Dubuc

    Devant ma maisonUn de ceux que je regretterai le plus sera sans doute Devant ma maison. J’ai toujours beaucoup de plaisir à raconter cette histoire, qui n’en est pas une en fait. Nous suivons plutôt les détours pris par un enfant à l’imagination débordante pour nous présenter sa maison, ce qu’elle contient et ce qui l’entoure. À travers ses yeux, nous passons sous son lit, dans la forêt, sur la lune, derrière le loup-garou, le fantôme et le vampire, autour du soleil, dans le ventre de la baleine. Tout le plaisir de la lecture réside dans l’anticipation de ce qui peut bien se trouver sur la prochaine page. Si sous la lune se trouve le loup-garou, que peut-il bien se cacher derrière celui-ci? Mille et un détours (par les montagnes et sous son lit, l’espace et le zoo) pour mieux revenir à l’essentiel, sa maison. Un tout-carton tout en finesse et en poésie, avec de douces images qui baignent dans le vide, invitant ainsi notre imagination à le combler.

    Mais bon, à voir les petits regards intéressés que jetaient mes trois aînés de 6, 4 et 2 ans au livre alors que je le racontais à bébé, il me reste peut-être encore quelques (heureuses) années à le côtoyer celui-là!