• Pourquoi? Moka

    Date: 2011.04.11 | Catégories: Adolescent, La bibliothécaire aime, Pour aller plus loin, Roman | Tags: ,,,

    J’ai eu un prof de français hors de l’ordinaire je dirais en secondaire 4. Premièrement, il était jeune (on était sa première classe). Deuxièmement, il nous a fait goûter son caramel. Troisièmement, il m’a fait découvrir la radio de Radio-Canada à un âge où c’est plutôt CKOI que les jeunes écoutent (surtout dans mon patelin d’origine, Cowansville). Ah oui, et il nous a parlé d’excision. Oui, d’excision. Il nous a parlé d’un reportage qu’il avait vu et ça m’a marqué. Voilà pourquoi lorsque j’ai vu ce livre sur un chariot des années plus tard, je n’ai pu m’empêcher de le lire.

    Pourquoi? Moka

    C’est l’histoire de Wafa, 14 ans, une jeune somalienne qui habite la France avec sa famille. Jeune fille rangée, studieuse et obéissante, elle surprend toute la famille lorsqu’elle s’enfuie avec sa jeune sœur Makeda, peu avant son sixième anniversaire. Nous adoptons tour à tour le point de vue de Wafa et celui de son frère aîné, Cali, qui essaie de comprendre la raison de la fuite. C’est finalement leur tante, Halimo, au rique de subir la fureur des autres, qui s’aventurera à lui révéler ce qui arrivera bientôt à Makeda, comme à toutes les petites somaliennes: elle sera excisée.

    Même en France, loin de leurs villages d’origine, les petites filles d’origine somalienne sont excisées, souvent dû à la pression exercée par des aînées. Ici, c’est la grand-mère de Makeda, qui est en visite, qui désire que le rituel se fasse. Mais Wafa ne veut pas que sa petite sœur subisse son sort. C’est pourquoi elle fuit. Elle choisit la fuite dans le silence plutôt que de revendiquer le droit à son intégrité physique.

    À Cherbourg, ses frères, aidés par un guérisseur aux idées modernes et par ses filles, tentent de convaincre la famille de ne pas perpétrer cette tradition. Eux élèvent la voix pour dénoncer ces pratiques. Fallait-il que ce soit des hommes qui s’insurgent pour que le message soit entendu?

    C’est un beau livre sur le choc des cultures et des traditions, moderne et ancestrale, occidentale et somalienne. C’est un livre sur un choix difficile que doive faire ces jeunes, un choix de vie. Et le traitement de la question est fait dans le respect de l’autre. On ne sent pas de jugement de la part de l’auteur.

    J’aurais aimé que mon prof de secondaire 4 de l’époque me propose une telle lecture lorsqu’il m’a parlé d’excision. Le livre n’existait pas à l’époque, mais peut-être que je devrais lui en faire parvenir une copie aujourd’hui.

    Promis, bientôt je vous parlerai de livres plus gai et léger… avec le printemps qui se pointe j’aurai bien envi de lecture rigolote.