• Pipi, caca, pet et crotte de nez! – Première partie

    Date: 2011.02.16 | Catégories: À animer, La bibliothécaire aime, La maman aime, Pour rigoler | Tags: ,,,,

    Avouez-le, vous aussi aimez les livres pour enfants parlant de caca, de pipi, de pet et de crottes de nez… toutes ces choses dont les éducatrices en garderie et les enseignantes au primaire essaient d’empêcher nos enfants de parler. Mais je les comprends, il y a un temps pour toute chose… et le temps pour en rire est venu!

    Le classique: De la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, Werner Holzwarth

    Une anecdote, histoire que j’ai l’air folle un peu. Je recevais un groupe d’étudiant à la maitrise en sciences de l’information de McGill à la bibliothèque Interculturelle. Discussion unilingue anglaise. On dérive sur la censure et les élèves me demandent si j’en ai déjà vécu en bibliothèque. Je leur parle donc de cette éducatrice outrée que j’ai lu ce livre à son groupe. Et je ne sais pas comment le livre s’appelle en anglais alors je parle de « little mole who has a shit on his head » et personne ne répond… Et je renchéris, « you know, the little animal who live under the ground.. it is practically blind… in the story it have a shit… » et je poursuis la conversation avec le mot « shit » qui revient à toutes les phrases. Et un moment donné, je réalise qu’il y a comme un malaise dans le groupe. Alors, candidement, je leur demande s’il existe  a « politically correct word for « shit » » et une élève toute timide lève la main et me répond: « Yes :poop ». Oups, je veux rentrer six pieds sous terres. Et ceux qui la connaissent imagineront également la très distinguée Mme Mittermeyer, professeure du groupe, qui semble aussi gênée que moi… Une chance que je ne leur ai pas raconté le livre avec les bruits de défécations de chaque animal que j’imite à merveille!

    Ce livre est donc un classique réédité de nombreuses fois. J’ai même le toutou de cette petite taupe et de son caca. L’histoire? Une petite taupe sort la tête de son trou et reçoit un caca sur la tête. Offusquée, elle cherche parmi les animaux de la ferme lequel lui a fait cet odorant cadeau. Chacun lui prouve que ce n’est pas lui en lui donnant un exemple « live » de son caca (les enfants croulent alors de rire, ainsi que la plupart des éducatrices et des enseignantes). Elle finira par démasquer l’infâme et par se venger, à sa façon.  Je ne garantis pas le calme dans le groupe suite à cette lecture!

    Histoires de pets:

    Pétunia, princesse des pets, Dominique Demers, Pépito, Birte Müller et Walter, le chien qui pète, William Kotzwinkle

    Comme on l’aime cette Pétunia! J’adore cette princesse prise de pétarade parce qu’on exige d’elle qu’elle soit parfaite. Remède contre cette terrible maladie? On se détend et on s’amuse un peu! Les illustrations aux couleurs vives et les expressions de la princesse servent particulièrement bien l’histoire. Hilarité générale garantie!

    De plus, gavées des histoires de Cendrillon, de Blanche-Neige et de La belle au bois dormant à la sauce Disney, nos petites princesses ont bien besoin de ce livre qui ramène le « princessariat » à leur niveau!

    Pauvre Pépito, lui aussi est contraint de retenir ces infâmes pets dont le bruit et l’odeur incommodent grandement maman et papa grenouille, particulièrement devant la visite. Il essaiera bien de les retenir, ses gaz, mais ça le fera gonfler, gonfler, gonfler jusqu’à ce que remplis d’air, la pauvre grenouille se mette à voler. Comment faire pour revenir sur terre: « Pète et pétille, Pépito »… phrase à retenir.

    Finalement, il y a Walter. Walter le chien qui pète et empeste tant que personne ne peut le supporter dans une maison. Brigitte et Benoît lui feront essayer toutes les nourritures imaginables mais l’effet reste le même: Walter pète. Lui aussi essaiera de se retenir mais ça lui fait tellement mal au ventre…. cette histoire se termine un peut différemment des autres. Allez la lire pour découvrir comment Walter se transformera en héros et sauvera la maisonnée, qui trouvera finalement une utilisation bien particulière aux gaz de l’animal (l’illustration de la dernière page révèle cette ingénieuse idée).

    Ah oui, et pour garantir que les enfants perdent leur capacité d’attention et de concentration à 100% dans un brouhaha incontrôlable, il faut animer ces trois derniers livres avec un coussin péteur (il y en a dans tous les Dollorama).

    La deuxième partie suivra bientôt, cœurs sensibles s’abstenir!