• H.B., Thierry Lenain

    Date: 2011.02.23 | Catégories: Adolescent, Album, La bibliothécaire aime, Pour aller plus loin | Tags: ,,

    Thierry Lenain, c’est La fille du canal, un livre magnifique sur l’inceste et la résilience. C’est aussi Un pacte avec le diable, un roman sur une fugueuse qui se fait recueillir par un jeune drogué. Du côté des plus jeunes, il a commis Petit Zizi, l’histoire d’un enfant qui subit les méchancetés de ses camarades d’école, et Touche pas à mon corps, Tatie Jacotte!, où un petit garçon se défend face aux caresses envahissantes de la tatie en question. Pour moi, Thierry Lenain, c’est H.B.

    Le titre intrigue. N’étant pas française, je n’avais jamais entendu parlé de H.B. lorsque j’ai emprunté cet album pour ado il y a plusieurs années. Je me suis donc plongée dans ce livre de manière tout à fait innocente. Et j’ai été happée. Par le souffle et par l’histoire. Par l’image qui sert le propos (géniale l’idée d’illustrer la première et la dernière double-page par des loups au regard tourné vers le livre, vers ce qui se passe à l’intérieur, comme s’ils épiaient H.B., prêts à intervenir). Happée par le sentiment de toucher à quelque chose de tout à fait personnel et de tout à fait universel. Par la réflexion que soulève l’album.

    Un homme « bombe humaine », H. B. (Human Bomb) séquestre une classe de maternelle en France pendant près de 2 jours. Largement télévisé, l’auteur suit et commente la prise d’otage. Il ne peut se résoudre à voir l’homme comme bête et cruel. Dès le départ, il voit 2 histoires pour le même homme, celle du dedans, qui se passe dans la classe, et celle du dehors, alors que chacun se fait une tête sur « la bête » sans chercher les raisons qui l’ont amené à poser un tel geste. Pourquoi cet homme est-il allé « mourir en enfance » dans une maternelle? H.B. est gentil, poli avec les enfants et la maitresse. Elle ne craint pas de les laisser avec lui pour sortir parler aux parents. Il joue avec eux et les libère facilement, hormis six petites filles à qui il raconte Blanche-neige. Il s’inquiète pour elles et désire qu’elles ne sortent pas traumatisées par l’évènement. Les policiers le drogueront en mettant un somnifère dans son café.

    Si vous ne connaissez pas la fin de ce livre, qui raconte une histoire vraie, résistez à l’envie de fouiller le web pour la trouver et courrez plutôt chercher le livre. Pour que votre esprit reste ouvert au questionnement, à la réflexion amorcée par l’auteur. Parce que H.B., bien sûr, c’est Human Bomb, mais c’est aussi Human Being. Et qu’est-ce qui peut pousser un être humain à un geste aussi cruel? Un livre qui dérange, vraiment à ne pas lire avant d’aller dormir…